top of page

L'  essentiel

Pourim
mer. 16 & jeu. 17 mars 2022

Pourim est célébrée chaque année le 14ème jour du mois hébraïque

de Adar qui correspond au jour de la fin de l’hiver et du début du printemps.

La fête de Pourim commémore le salut miraculeux du peuple juif dans

l’ancien Empire perse suite au complot d'Haman désirant « détruire,

exterminer et anéantir tous les juifs jeunes et vieux, enfants et femmes,

en un seul jour. »

Pourim en bref 

L’Empire perse du 4ème siècle avant l’ère commune s’étendait sur 127

pays et tous les Juifs en étaient les sujets. 

Après avoir fait exécuter son épouse, la reine Vashti, pour lui avoir désobéi,

le roi Assuérus organise un concours de beauté pour trouver une nouvelle

reine. Une fille juive, Esther, trouve faveur à ses yeux et devient la reine ;

Esther prenant alors soin de ne pas  divulguer sa nationalité.

Une extermination par tirage au sort

Entre temps, l’antisémite Haman est nommé premier ministre de l’Empire.

Mordékhaï, le chef des Juifs, et le cousin d’Esther, défie l’ordre du roi en

refusant de se prosterner devant Haman, qui portait l’effigie d’une idole sur sa poitrine. Celui-ci, exaspéré,

convainc le roi de promulguer un décret ordonnant l’extermination de tous les Juifs le 13ème jour de Adar,

une date tirée au sort par Haman. 

 

Le pouvoir du jeûne et la force de la prière

Mordékhaï galvanise alors les Juifs et les convainc de se repentir, de jeûner et de prier D.ieu.

Pendant ce temps, Esther invite le roi et Haman à participer à un festin. Lors de ce festin, Esther révèle au roi son identité juive.

Haman est alors pendu et Mordékhaï est nommé premier ministre à sa place.

Un nouveau décret est promulgué donnant aux Juifs le droit de se défendre contre leurs ennemis.

Le 13ème jour de Adar, les Juifs prennent alors les armes et tuent leurs agresseurs.

Le 14 Adar, ils se reposent et célébrent leur victoire ainsi que le miracle de D.ieu.

Les traditions à vivre à Pourim 

Les 5 piliers de la fête

# écouter la Méguila, le Livre d’Esther, qui relate l’histoire du miracle de Pourim la veille et le jour de la fête

lecture de la Méguila toutes les heures au Beth Habad Marseille centre

donner des dons d’argent aux pauvres 

il est de coutume de donner au moins une pièce à au minimum deux pauvres pour leur permettre de célébrer la fête, c’est « Matanot Laévyonim »

# envoyer des cadeaux de nourriture à ses amis

offrir au minimum 2 mets à au moins un ami, en passant par un intermédiaire : un homme à un homme et une femme à une femme

c'est ce qul'on nomme le « Michloa’h Manot »

# participer à un joyeux festin de Pourim, le « Michté »

se déguiser et particulièrement les enfants

 

Le jeûne d'Esther

Pour sauver son peuple de l’extermination, Esther a risqué sa vie en apparaissant devant le roi sans permission.

Mais elle a demandé auparavant aux Juifs de jeûner pour elle pendant trois jours.

Lorsque les Juifs ont par la suite combattu leurs ennemis le jour précédant Pourim, ils se sont mis à jeûner et de nouveau à prier.

C'est en souvenir de cela que nous jeûnons la veille de Pourim.  

La lecture de la Torah
 

A l'occasion du jeûne, quel que soit le jour de la semaine, une lecture publique de la Torah est faite aux offices du matin et de l'après-midi.

Cette lecture qui commence par les mots « Vayé'hal Moché » traite du pardon de la faute du Veau d'Or obtenu par Moïse.


Le Demi-Chékel

L’après-midi du Jeûne d’Esther, ou avant de lire la Méguila, il est de coutume de donner à la charité trois pièces appelées des « demis » dans la monnaie du pays. Ils représentent le demi-chékel que chaque Juif donnait chaque année au Temple.

De nombreuses personnes ont l'habitude de donner trois pièces pour chaque membre de leur famille.

Le « Ma’hatsit HaChékel »
 

En souvenir du « Ma’hatsit HaChékel » (Demi-Sicle) qui était jadis prélevé au mois d'Adar, on a coutume de faire un don symbolique à la Tsédaka avant Pourim.

Selon l'enseignement de nos Sages, c'est grâce au mérite de la mitsva du « Ma’hatsit HaChékel » que les sombres projets d'Haman ont pu avorter.

Travailler le jour de Pourim

La fête de Pourim n' a pas été fixée par nos Sages comme journée chômée.

Toutefois, nos Sages se sont exprimés à ce sujet en disant : « celui qui effectue un travail le jour de Pourim, n'en retirera pas de bénéfice. »

De nos jours, la coutume largement répandue est de ne pas travailler le jour de Pourim.

La lecture de la Méguila
 
Nos Sages ont fixé l'obligation de procéder à la lecture de la Méguila ou de l'écouter à deux reprises.

La première lecture doit se faire le soir de Pourim.

La lecture du soir peut se faire à n'importe quelle heure de la nuit, depuis l'apparition des étoiles à la tombée de la nuit jusqu'à l'aube.

La seconde, le jour de Pourim, en souvenir des Juifs qui n'ont cessé d'implorer nuit et jour le Salut Divin.

La lecture du jour peut se faire à n'importe quelle heure de la journée, depuis le lever du soleil jusqu'à son coucher.

Le devoir d'entendre la lecture incombe de la même manière aux hommes et aux femmes car les femmes étaient elles-mêmes touchées par le décret d'Haman.

La lecture de la Méguila doit se faire dans son intégralité : l'omission d'un seul mot entraînerait l'invalidité de la lecture.

De même, l'écoute de la lecture n'est valable qu'à condition d'avoir clairement entendu chaque mot.

En raison de la difficulté, il est conseillé à celui qui suit la lecture à partir d'une Méguila conforme (« cachère »), d'en faire lui-même la lecture à voix basse.

Celui qui écoute la Méguila doit garder le silence.